C’est mon pari Pascalien du jour, mon analyse et ma conviction :

Pour une très grande majorité des entreprises, et à courte échéance, la meilleure solution consistera à utiliser un annuaire d’entreprise externalisé reposant sur les réseaux sociaux, en lieu et place des traditionnels annuaires internes.

En deux mots, c’est quoi un annuaire d’entreprise ?

En quelques mots, un annuaire d’entreprise est une base de données qui gère des ressources humaines comme des employés, des machines comme des imprimantes ou des serveurs, ou encore des ressources electroniques comme des services ou des applications.

Sans entrer dans les détails techniques, ces « assets » pour enmployer un terme générique, sont classés dans une arboresence qui reflête la structure organisationnelle de l’entreprise, selon plusieurs axes : administratifs, techniques, géographiques, etc…

En voici un exemple avec un annuaire Microsoft Active Directory :

Sur la base de ces informations, les annuaires offrent ainsi plusieurs types de services, entre autres :

  • L’authentification centralisée : C’est le service le plus visible pour les utilisateurs
  • L’ILM (Identity Lifecycle Management) : La gestion des comptes durant le cycle de vie des salariés : Embauche, évolutions de carrière, licenciements…
  • L’identification des ressources sur le réseau : Identité, informations associées, classification…
  • L’application de stratégies, la distribution de logiciels, etc… : Utilisé par les administrateurs réseau

Les annuaires traditionnels fonctionnent, pourquoi changer ?

Les catalyseurs de ce mouvement

A mon sens, plusieurs tendances vont accélérer un mouvement et généraliser les migrations vers de nouveaux systèmes.

La généralisation du SSO

Par un usage désormais massif et généralisé d’Internet et des réseaux sociaux, et grâce aux technologies oAuth notamment, nous sommes tous habitués à utiliser des identifiants uniques, ou tout au moins d’un nombre restreint de fournisseurs (Windows Live, Facebook, Twitter…), pour accéder à nos services et applications personnelles sur le cloud.

Allocine, WordPress, Viadeo, Pinterest, et applications mobiles… tous ou presque proposent désormais un système d’authentification integré avec les principaux réseaux sociaux :

Avec des bénéfices évidents :

  • Inscription quasi immédiate aux services sans passer par les rebutants formulaires d’inscription (surtout depuis le clavier d’un smartphone)
  • Un seul mot de passe et un seul profil à gérer
  • Des services avancés de partage et de collaboration

Premier aspect visible de cette tendance, les early adopters que représentent les lean start-ups, n’ont déjà plus d’annuaire interne. En effet, la vague du Cloud Computing a rendu obsolète le besoin d’un annuaire interne, puisque les solutions Cloud reposent déjà sur des systèmes d’authentification et d’identification externalisés (propres ou publics comme OpenId).

La complexité des solutions internes

Vous allez me répondre que l’on peut tout à fait mettre en oeuvre des solutions SSO reposant sur les identifiants internes des utilisateurs, et vous aurez raison… mais à quel prix !

Microsoft propose par exemple des solutions d’intégration entre son annuaire interne et ses services Office 365, dont voici une représentation schématique :

A mon sens, et malgré les discours marketing de Microsoft sur les architectures hybrides (Annuaire interne / Services externes), les solutions de SSO interne sont à mon sens les restes d’une vision de l’IT avant l’ère du Cloud Computing. Je nuancerai cependant mon propos pour :

  • Certains secteurs particuliers pour lesquels l’externalisation n’est pas envisageable
  • Les activités nécessitant la fourniture et la gestion de clefs d’identification matérielles (et encore, un fournisseur externe pourrait tout à fait gérer ce point)

La fiabilité des données des réseaux sociaux

Quoi qu’en dise leur charte de déontologie, et à de très rares exceptions, votre vie numérique est passée au crible avant tout entretien d’embauche par les cabinets de recrutement.

Les recruteurs ne s’y sont pas trompés, et c’est désormais particulièrement vrai dans l’IT, une majorité d’entre eux utilisent les réseaux sociaux pour collecter des informations sur les candidats, on parle de « screening ».

Pour illustrer le besoin de soigner son e-reputation, regardez ces quelques chiffres :

Car oui, au milieu des photos de la naissance de votre petit dernier et de vos fêtes arrosées sur Facebook, les réseaux sociaux, et pas uniquement ceux à vocation professionnelle, sont devenus la principale source d’informations des recruteurs. Pourquoi ? Simplement car ces informations sont généralement à jour, et globalement fiables et vérifiables du fait des systèmes de recommandation. Dans tous les cas bien plus à jour que le dernier CV que vous auriez publié sur Monster… Au fait Monster, CadreEmploi ou Keljob, vous vous souvenez de ce que c’est ? C’était à l’époque ou des êtres étranges utilisaient encore des « Job boards » 😉

Alors imaginez que cette fiabilité et cette fraîcheur des informations se retrouve dans l’annuaire interne de votre entreprise !

Imaginez un annuaire d’entreprise :

  • Avec un moteur de recherche qui marche
  • Avec les photos des personnes
  • Avec leur parcours et leurs expertises
  • Avec des moyens de communication simples
  • Avec des numéros de téléphone et de postes à jour…

Bref, un rêve pour celles et ceux qui ont aujourd’hui la charge maintenir ces annuaires à jour.

Pour l’atteindre, certaines sociétés lancent de grands projets RSE (Réseaux Sociaux d’Entreprise). C’est une démarche intéressante, particulièrement pour fluidifier les communications transverses au sein des organisations. Mais réfléchissez-y, pour les profils utilisateurs et le moteur de recherche associé, il vous suffirait d’utiliser LinkedIn ou Viadeo comme annuaire puisque vos salariés y sont déjà !

Et alors, outre les bénéfices en termes d’administration technique et de gestion des profils, imaginez la puissance pour les DRH :

  • Un suivi des formations et des compétence individuel mis à jour par les salariés eux mêmes
  • Des outils décisionnels puissants
  • Un pont naturel entre les réseaux sociaux, votre première source de recrutement, et votre base salariés !
  • Un workflow complet et integré : Réseaux sociaux – vivier – entretiens – embauche – formations – GPEC

La volonté des réseaux sociaux d’entrer encore plus dans le SI de l’Entreprise ?

A l’heure ou les réseaux sociaux professionnels se renforcent (IPO de LinkedIn, levée de fonds de Viadeo…), ils démultiplient leurs offres à destination des professionnels.

Ce que l’on peut constater, c’est que pour l’instant, les offres les plus développées sont :

  • Les offres de marketing direct : publicités ciblées, gestion de campagnes
  • Les solutions de recrutement : Constitution de vivier, suivi des candidatures

Mais il y a fort à parier que ces sociétés vont tenter d’étendre leurs offres à de nouveaux domaines :

  • Terminer le travail de laminage des job boards
  • Remplacer définitivement la carte de visite et le CV
  • Proposer des solutions de Social CRM et d’intéractions Client

Les éditeurs de solutions CRM proposent déjà des intégrations poussées avec les réseaux sociaux, et autorisent donc ainsi l’intégration dans votre SI de vos prospects au travers de leur profil. Ces prospects peuvent donc être convertis en Clients au sein de votre CRM.

Voici ce que pourrait devenir votre pipe commercial :

  • Opportunité : Conversation sur les réseaux sociaux
  • Prospect  : Son profil social
  • Client : Le compte crée dans votre CRM lié au profil social

LinkedIn propose par exemple déjà des solutions pour interfacer ses outils de recrutement avec vos outils RH internes de gestion de vivier et de candidatures. Oui, vos futurs salariés sont déjà sur LinkedIn tout comme vos prospects. Il n’y a donc plus qu’un pas pour convertir un candidat venu de LinkedIn en salarié dans votre GRH, puis lui créer un compte dans votre annuaire…

Voici ce que pourrait devenir votre pipe RH :

  • Cible : Profil social « screené »
  • Candidat : Suivi dans votre GRH et lié au profil social
  • Salarié  : Dans votre annuaire toujours lié au profil social

Je suis convaincu que ce qui s’est fait pour les prospects dans les CRM finira par se développer pour les candidats dans les GRH, pas vous ?

Les freins à l’adoption des annuaires 2.0

Naturellement, mes élucubrations ont leur limites, et il reste de grands freins à lever avant de parvenir à un tel niveau d’intégration entre le SI et les réseaux sociaux.

Des freins technologiques tout d’abord

  • Quid de la sécurité ?
  • Comment seront sécurisé mes logins et mots de passe ?
  • Que faire en cas de coupure de liaison Internet ?

Des freins réglementaires ensuite

En tant qu’employeur, puis-je demander à un salarié un accès à son profil ?
Les application récentes rendent assez explicite les autorisations accordées, par exemple ici avec Seesmic qui propose une gestion fine des autorisations :
Mais que va en dire la CNIL ?

Des freins financiers enfin

  • Combien va me couter cette migration ?
  • Pour quel ROI ?
  • Quels sont les risques ?
En somme, des interrogations assez similaires à celles rencontrées aujourd’hui dans le cadre des projets de RSE.

Perspectives

Finalement c’est quoi un Annuaire 2.0 ?

Pour moi, la définition d’un annuaire 2.0, c’est un annuaire d’entreprise :

  • Hébergé sur le Cloud
  • Utilisant les systèmes d’authentification des réseaux sociaux en délégation
  • Permettant de convertir un profil public en cible, candidat puis salarié
Mais avant que cette pratique se généralise, il faudra lever bon nombre d’obstacles, particulièrement les freins psychologiques que révèlent cette perspective.

De nouveaux marchés à conquérir

A mon sens, de très belles places sont à prendre sur ce marché, tant pour les éditeurs que pour les SSII et intégrateurs.

Quelques idées :

  • Lier par des workflows les processus de recrutement depuis les réseaux sociaux aux applications GRH
  • Proposer des solutions d’annuaires métiers externalisés en SAAS
  • Fournir et surtout maintenir dans la durée des sécurités matérielles (clefs, etc…) en plus du service logiciel
  • RSE étendu : Etendre le réseau social interne aux clients et partenaires externes en utilisant leur profil sur les réseaux sociaux…

De nombreux acteurs seront impliqués dans ce futur écosystème :

  • Les géants des réseaux sociaux pro : LinkedIn en tête, les grands régionnaux comme Viadeo ou ses équivalents Chinois et Russes
  • Les fournisseurs d’annuaires : Microsoft avec Active Directory ainsi que les autres fournisseurs d’annuaires LDAP
  • Les acteurs de la GRH…
  • Les acteurs de la sécurité
  • Vous peut-être ?

Pour info, Microsoft proposera prochainement un service d’annuaire Active Directory hébergé reposant sur sa plateforme Cloud Windows Azure… :

http://www.zdnet.com/blog/microsoft/microsofts-windows-azure-active-directory-plans-takes-shape/11924

Et vous :

Sauteriez-vous le pas de l’annuaire 2.0 ?

Abandonneriez-vous votre annuaire interne ?

Estimez-vous les bénéfices potentiels suffisants ?

Advertisements